Événement, Actualités, Tournoi
18/12/2020

Dragon Ball FighterZ Championship : Comment DBFZ a donné ses lettres de noblesses aux jeux de combat "anime" au Japon

Le National Championship de DRAGON BALL FighterZ est une série de tournois nationaux sur invitation en 1 contre 1. Pour cette première édition, 5 tournois se dérouleront dans les pays suivants : France, Espagne, Japon, États-Unis (Est), États-Unis (Ouest).
Tous les tournois seront diffusés en direct sur Twitch et sur la chaîne esports YouTube de BANDAI NAMCO. Pour plus d'infos sur les jeux Dragon Ball, cliquez ici !

 

Ce tournoi rassemble des champions ayant participé au précédent World Tour 2018-2019 de DRAGON BALL FighterZ ainsi que des nouveaux venus qui se sont illustrés lors de compétitions nationales.

 

Aujourd'hui, nous allons parler de la sélection japonaise !

 

Présentations des autres équipes :

 

Le Japon a toujours été un lieu saint du jeu vidéo. Après tout, tant de grandes séries et personnages mémorables en proviennent. Pour tous les joueurs occidentaux de jeux de combat, c'est un champ de bataille impitoyable. Mais pour les joueurs japonais ? Ils sont juste chez eux. Le fait est que la culture des jeux de combat a débuté dans les salles d'arcade, les premiers endroits où on pouvait se rassembler pour jouer. Très appréciées au Japon, elles étaient faciles à trouver, et représentaient un terrain neutre où tout semblait possible. On pouvait y voir des enfants venus jouer avec leurs amis après l'école, et quelques heures plus tard, c'était des employés de bureau balançant des cendriers à travers la salle pour évacuer leur frustration. Et alors que le genre gagnait en importance, les Taito Game Stations et les Club Sega allaient jouer un nouveau rôle. Certaines salles, comme la salle privée Mikado à Tokyo, ont commencé à se spécialiser dans les jeux de combat, et des tournois ont été lancés pour déterminer qui serait le meilleur joueur. Puis qui serait la meilleure équipe. La meilleure région. La meilleure ville.

 

Grâce à l'esprit d'entreprise du Japon, la culture du jeu de combat a explosé. Bien sûr, les développeurs proposaient aussi leurs propres tournois. Mais c'était souvent la communauté qu'on retrouvait derrière les plus grands d'entre eux, comme le Tougeki, ou les plus modestes, tel le Nagoya Street Battle. Au lieu de conserver jalousement leurs trouvailles pour surprendre leurs adversaires, comme cela se faisait souvent en Occident, les joueurs japonais n'hésitaient pas à partager les informations avec leurs pairs. Au Japon, le bien de la communauté passe avant celle de l'individu. Et même si certains étrangers pourraient penser qu'il s'agit d'une faiblesse, cela a toujours été la force du pays : bien avant Internet, le Japon était déjà le numéro un de l'information. Leurs innombrables tournois et leur partage des techniques ont permis de former les joueurs les plus expérimentés et les plus érudits du monde. Certains d'entre eux ont même accédé au statut de légendes, et sont surnommés les cinq dieux du jeu de combat. Encore aujourd'hui, leur nom est connu de tous et impose le respect : Daigo, Tokido, Sako, Haitani et Nuki.

 

japon

 

Du Japon à la planète

 

De nos jours, l'expérience du jeu de combat a évolué pour être surtout pratiquée en ligne. Même si elles ont tenu plus longtemps que les autres, les salles d'arcade japonaises ont fini par devoir fermer. Mais vu l'importance des jeux de combat pour la culture vidéoludique japonaise, ce n'est certainement pas cela qui allait les arrêter. Les doyens de la communauté ont endossé le rôle d'organisateurs pour préparer la succession. Les centres esport ont progressivement commencé à remplacer les salles d'arcade, de nombreuses sociétés ont lancé leur propre série de tournois, et les joueurs continuaient de se rassembler pour s'entraîner, encore et toujours. Ils se sont aussi mis à streamer sur des plateformes comme Twitch ou d'autres exclusives au Japon, bien qu'avec un peu en retard sur leurs confrères occidentaux.

 

C'est environ à ce moment-là que Dragon Ball FighterZ est sorti au Japon. On ne pouvait rêver meilleur moment : la nouvelle ère mondiale des jeux de combat s'accompagnait d'un titre mettant en scène un anime culte. Bien que le Japon ait mis un peu de temps à accepter Internet comme part importante de la culture du jeu vidéo, le pays n'en était cependant pas moins le leader en termes d'esport. En prévision des Jeux olympiques, le gouvernement japonais décida de réguler les tournois de jeux vidéo, obligeant les joueurs professionnels à disposer d'une licence pour pouvoir pratiquer leur discipline comme un vrai sport. Même si le projet a connu des débuts difficiles et peut encore être amélioré d'un point de vue politique, il a des aspirations nobles : cela permettrait aux joueurs japonais talentueux de voyager plus facilement pour représenter leur pays.

 

Mais n'allez pas croire que les compétitions locales soient délaissées pour autant. Chaque semaine, Jiyuna et l'équipe d'ANIMEILLUMINATI organisent un Fighting Tuesdays à la Red Bull Sphere de Tokyo. Tout le monde y est le bienvenu pour s'affronter et s'améliorer, vétérans comme débutants. Mais le principal attrait de ce tournoi, c'est son ouverture au reste du monde : Jiyuna s'est fait connaître pour ses analyses sur le point de vue japonais quant aux jeux de combat, et ça se ressent. Les commentaires sur l'actualité, les interviews et la présence régulière de joueurs internationaux sont aussi une marque de fabrique des Fighting Tuesdays. Et cette expertise profite à la nouvelle vague, qui a permis aux joueurs japonais de se tourner vers l'international.

 

Avec tout ça, nous n'avons pas encore parlé des meilleurs joueurs japonais, mais la liste serait trop longue. Mais s'il y a bien quelque chose qui rend Dragon Ball FighterZ unique, c'est d'avoir créé une plateforme internationale pour les joueurs habitués aux jeux de salle d'arcade, et par extension les jeux japonais. C'est ainsi que Goichi "GO1" Kishida, surnommé le "roi des jeux de combat obscurs", a enfin pu obtenir le succès qu'il méritait après toutes ces années. Shoji "Fenritti" Sho, qui a évolué dans les mêmes sphères que GO1, est devenu un vrai modèle pour tous les joueurs, en raison de sa maîtrise de la "Touch of Death" (nom des combos capable de tuer un personnage après seulement un coup). Sa maîtrise de l'exécution reste inégalée. BNBBN, Maddo, B… tous des spécialistes des jeux de combat "anime", et tous enfin reconnus à leur juste valeur grâce à Dragon Ball FighterZ. Et une nouvelle génération a aussi fait une apparition remarquée : le talent de Toru "Tachikawa" Tachikawa n'a pas d'égal... À part peut-être son amour pour les jeux de drague, il faut bien le dire.

 

© STEPHANIE « VEXANIE » LINDGREN

DRAGON BALL FIGHTERZ

Date de sortie:
Description:
DRAGON BALL FighterZ reprend les éléments qui ont fait le succès de la série DRAGON BALL : des combats spectaculaires avec des combattants aux pouvoirs incroyables.
Plateformes:
PS4
-
PC
-
Xbox One
-
Switch